Lundi 11 novembre :

        Nous nous retrouvons à Ligny-le-Ribault pour la traditionnelle reconnaissance de notre marche du Loiret que nous organisons le 24 novembre. Nous partons donc en direction de Villeny et nous prenons le chemin qui passe par le cimetière pour rejoindre les Thouars, en sens inverse du circuit de 11 kilomètres. Les feuilles des arbres commencent à changer de couleurs et finissent par tomber pour tapisser les chemins. Après une petite pause nous continuons jusqu’à l’étang du Bouchet puis nous passons devant le château de la Cantée avant de revenir à notre point de départ. Malgré la pluie de ces derniers temps, les chemins sont bien praticables et non boueux.

 

Dimanche 10 novembre :

           Aujourd’hui c’est la randonnée du  «Passage aux Cerfs et bords de Loire» organisée par les marcheurs de Mardié. Nous partons en direction de Chécy sous un petit crachin, mais je reste optimiste puisque la couverture nuageuse ne paraît pas trop dense. A Chécy retour vers Pont-aux-Moines en suivant les bords du Canal. Nous allons jusqu’au stade de Donnery où il y a un point d’eau, et ensuite nous contournons les Grands Billons avant d’arriver à Saint-Denis-de-l’Hôtel pour le ravitaillement. Au menu de celui-ci, boudin et vin chaud qui est le bienvenu en raison de l’humidité et de la fraîcheur ambiante, sans compter qu’il pleut toujours. J’y retrouve Evelyne en plein travail. Je repars ensuite pour une boucle que je vais écourter, cette dernière passait par le château de Chenailles. Je rejoins alors directement Saint-Denis-de-l’Hôtel et je repasse par le ravitaillement avant d’arriver à Mardié en passant par les bords de Loire.

 

Dimanche 13 octobre : 

          A la mi-octobre, c’est pour moi la reprise des randonnées pédestres avec la Rand ’Automne de Saint Jean de Braye. Je suis sur le lieu du départ à 7h30, en effet j’en profite pour déposer des prospectus de notre marche sur les tables d’inscriptions. Le circuit part vers le Parc de Charbonnière et passe devant le château où il y a une jolie brume dans la prairie. Ensuite je longe un étang où il y a des arbres aux superbes feuillages ayant des nuances de couleurs différentes allant du jaune au marron en passant par le rouge. Après un petit tour dans le parc je me dirige vers Boigny-sur-Bionne où m’attend un bon ravitaillement.

         Je repars en direction de Combleux en passant à travers les champs puis des vignes avant d’arriver au bord du canal que je suis jusqu’au lavoir de Chécy. De là, je vais jusqu’au camping où se trouve le ravitaillement. Il n’est pas trop tard, je décide donc de partir pour la boucle du grand circuit en allant jusqu’à Pont-aux-Moines par les bords du canal. Puis je me dirige vers Bou et je retrouve la Levée et les bords de Loire.

       Retour au point de convivialité de Chécy avant d’entreprendre le retour par le sentier longeant la Loire. A Combleux, certainement un peu distrait par l’affluence des marcheurs et des vélos, je suis tout bêtement le gros du troupeau. Malheureusement, ce ne sont pas des marcheurs de la randonnée. Ne voulant pas faire demi-tour, après avoir traversé la Bionne je remonte vers le parc des Longues Allées et je rejoins le point de départ pour le verre de l’amitié.

 

Dimanche 24 février

      Nous sommes assez nombreux à nous retrouver à Pithiviers-le-Vieil pour participer la randonnée pédestre avec une superbe météo. Nous sommes disséminés sur les divers parcours suivant les envies de chacun. Les circuits alternent entre les zones boisées dans la vallée et les zones à découvert le plus souvent sur le plateau. A l'arrivée, les tables sont sorties au soleil pour le petit verre de l'amitié. Ensuite il nous faut attendre de passer à table pour déguster la tartiflette.

       Nous ne devons pas trop nous attarder après la fin du repas pour aller à Bondaroy dans l'église Saint-Grégoire de Nicopolis où nous attend Soeur Anne pour la visite de son musée de l’œuf. Là, Soeur Anne est dans son élément, on ne peut plus l'arréter, mais elle est aussi captivante et sait retenir toute notre attention. Notre belle journée se termine, j'espère qu'elle aura été appréciée par la majorité et pourquoi ne pas réitérer cela ultérieurement.

 

Dimanche 17 février : 

Un cru exceptionnel pour cette 68ème édition :

      - un beau clair de lune

       - un vent faible du sud-est

      - des chemins propres

      Sur la place entre la mairie et la cathédrale avec Patrick de Vierzon, nous retrouvons un autre habitué du Bourges - Sancerre : il s'agit de Michel ARNOULT de La Ferté-Imbault. Une photo s'impose avant le départ, car en fait nous en serons à nous 3, à 120 éditions à l'arrivée à Sancerre : 42 pour Patrick, 40 pour Michel et 38 pour moi. Nous partons donc à minuit et nous traversons le vieux Bourges pour sortir de la ville puis nous empruntons le chemin d'une ancienne voie romaine. La Lune est bien présente et la lampe torche n'est même pas nécessaire surtout que le chemin est assez sec, il n'y a aucune trace de boue et ce sera comme cela sur la majorité des chemins. Nous passons successivement les ravitaillements de Saint-Michel, Les Aix d'Angillon et Humbigny, nous redoutons toujours de repartir de ce dernier ravito qui est situé sur une butte, le vent y est toujours cinglant et il nous faut quelques kilomètres pour être bien. Cette année le vent est à peine perceptible et nous n'avons même pas froid. Au carrefour de la route de Morogues nous retrouvons Gérard que je reconnais à la voie, il accompagne Françoise de Vierzon. Il manque Maryline qui, ce matin n'est pas bien et ne prendra pas le départ. Nous resterons ensemble jusqu'à Sancerre. La Lune, tout en s'approchant de l'horizon, grossit et devient plus jaune, jouant aux ombres chinoises avec les arbres et puis lors du passage d'une dépression sur notre chemin nous avons le droit à un coucher suivi d'un lever de Lune en accélérer avant que cette dernière tire sa révérence pour de bon. Nous nous trouvons alors dans une nuit plus sombre avant d'apercevoir les lueurs du jour à l'horizon puis le soleil faire son apparition, nous arrivons ainsi à Neuvy-Deux-Clochers. Nous passons ensuite devant la Tour de Vesvre qui est mise en valeur par la couleur jaunâtre de l'aurore. Nous trouvons de plus en plus de vignes et à la sortie de Reigny une bonne côte nous attend, ce sera d'ailleurs la seule difficulté de cette édition. Après le dernier ravitaillement à Bué il ne reste plus que 5 kilomètres à parcourir avant d'atteindre les caves de la Mignonne terme de ce Bourges - Sancerre.

       Pendant ce temps-là, Chantal en profite pour effectuer la Petite Sancerroise, circuit de 16 kilomètres dans les vignes environnantes très accidentées.