Pas beaucoup de courageux en ce matin du 15 août, nous ne sommes que cinq au point de rendez-vous. Nous traversons l'agglo en direction de Boigny tout en passant par le Parc de Charbonnière. De là nous continuons vers Pont-aux-Moines puis Fay-aux-Loges. A la sortie du village nous perdons deux disciples qui ne veulent pas rentrer trop tard. Nous continuons par le Gué Robert et prenons la direction de Châteauneuf avant de rejoindre Saint-Denis-de-l'Hôtel. Nous rejoignons alors la Levée pour suivre les bords de Loire dont le niveau est trés bas. Nous croiserons bon nombre de vélos jusqu'à Combleux. Il nous faut ensuite retrouver la ciculation urbaine pour rentrer sur Orléans, heureusement assez faible en cette période estivale.

 

Du 5 au 12 août : 

        Notre ami Philippe s’est occupé d’envoyer les dossiers d’inscription, le sien, et ceux de Marie-Denise, Claude et moi. «  Bien sûr Monsieur, 4 chambres individuelles » comme à l’Université de Dijon en 2016. Nous logerons dans un lycée professionnel proche de la gare, soit disant neuf mais fortement dégradé. A l’arrivée,  après avoir signé je ne sais combien de papiers, un drap jetable, un sac poubelle et un rouleau de papier toilette seront remis à chacun d’entre nous. Serait-ce l’entrée en prison ? On nous conduit vers une pièce où nous trouvons  quatre lits, chacun dans son « racoin » respectif. Il fait 35°, il faut faire couler l’eau une demi-heure pour espérer qu’elle soit fraîche….. Pas d’aération car les fenêtres sont partiellement condamnées, les jeunes s’envoyant des fruits d’un bâtiment à l’autre. Un jour, le plafond s’est effondré devant notre porte de chambre…. Et oui, on dit les bénévoles, toujours présents, dévoués et qui n’y pouvaient pas grand-chose, les plaques se sont dilatées sous l’effet de la chaleur…

      On s’adapte toujours : après des nuits courtes, nous serons chaque jour dehors pédale en l’air dès 7 heures du matin pour revenir à midi avant que la chaleur soit trop forte. Nous passerons les après-midi au plan d’eau, à l’Imagerie d’Epinal, ou dans le petit train qui nous a fait découvrir la ville.

       J’avais à cœur d’aller à Gérardmer, belle bourgade des Vosges où j’étais venue il y a fort longtemps parcourir la Route des Crêtes à skis de fond. Cette fois, c’est avec mon vélo que j’ai gravi le Col de la Schlucht. La famille Berteloot  logée à Munster dans la plaine d’Alsace nous avait accompagnés dans cette belle aventure. Un bon morceau de Munster fermier et une belle tarte aux myrtilles ont récompensés nos efforts !

Dimanche 29 juillet :

       Pour notre sortie dominicale la destination était toute trouvée, car en effet le Trait d'Union faisait étape à Orléans. Le Trait d'Union rallie la ville de la Semaine Fédérale de l'année passée à celle de l'année en cours, et les jeunes arrivent pour l'ouverture de la nouvelle semaine. C'est donc de Mortagne-au-Perche qu'avait lieu le départ officiel du Trait d'Union le samedi et faisaient étape à Chartres. Pour la journée du dimanche leur hébergement était à l'auberge de jeunesse d'Orléans-la-Source. Nous nous retrouvons à douze au départ du théatre pour partir à l'assault de la Beauce. Nous passons par les bois de Bucy-Saint-Liphard et après avoir traversé la route du Mans nous nous retrouvons à découvert. Heureusement le vent est assez favorable et nous emmène rapidement vers Coinces et Sougy où nous faisons un petit arrêt. Alain nous quitte pour prendre le chemin du retour, tandis que le reste du groupe continue jusqu'à Tillay-le-Péneux. Là il y a une petite variante pour passer devant le château de Cambrai et traverser le bois de Cambray, avant de se retrouver sur le parcours du Trait d'Union avec le vent en prime qui est de trois-quart face. Lorsque nous arrivons à Loigny-la-Bataille nous retrouvons René, le responsable de ce séjour, devant l'église à côté du musée de la guerre de 1870. Il a perdu les camions et n'arrive pas à les joindre. Peu de temps après, du nouveau, ces derniers sont dans le village suivant à Terminiers où il y a une boulangerie. Nous devons donc remonter sur nos montures pour rejoindre Terminiers. A la sortie de Loigny nous passons devant les monuments des Zouaves et du général Sonis de la guerre de 1870.

     Nous retrouvons l'intendance à Terminiers et attendons les groupes de jeunes avant de manger. Certains jeunes sont assez épuisés par le vent de la matinée et la pause du midi est la bienvenue. Lorsque nous repartons le vent n'a pas faibli. Nous passons par Sougy où nous avions fait un arrêt le matin, ensuite nous arrivons à Chevilly puis aux Chapelles avant de rentrer par la Forêt d'Orléans qui nous coupe du vent. Pour nous rendre à l'auberge de jeunesse nous empruntons la piste cyclable qui permet de traverser l'agglomération sans trop de difficultés. Nous faisons un pot d'accueil pour le Trait d'Union avant de se quitter. 

 

Lundi 30 juillet : 

      Comme convenu, je vais retrouver le groupe au départ de l'auberge de jeunesse pour les accompagner jusqu'au pique-nique. Nous passons par Sandillon puis les bords de Loire. Contrairement à la veille le vent est assez favorable, ce qui permet aux jeunes de réccupérer des efforts de la veille. En arrivant à Jargeau, j'aperçois un maillot de notre club, c'est Etienne qui est venu voir les jeunes. Nous continuons jusqu'à Châteauneuf et de là nous décidons d'aller jusqu'à l'Oratoire de Germigny-des-Prés où un arrêt s'impose. Nous repartons jusqu'à Saint-Benoît-sur-Loire en passant par le port et la piste cyclable qui nous ammène face à la basilique. Nous traversons la Loire à Saint-Père-sur-Loire avec la magnifique vue du château de Sully-sur-Loire. Là en contrebas en bordure de Loire, nous retouvons l'intendance pour le pique-nique. Avant de repartir Jean-Michel arrive pour faire un bout de chemin avec le groupe. De là les plus jeunes retournent vers Saint-Père et Dampierre-en-Burly pour rejoindre Sainte-Geneviève-des-Bois. Les grands continuent par les bords de Loire en passant par Saint-Gondon où je quitte le groupe pour rentrer par la Sologne. Jean-Michel doit continuer jusqu'à Gien, tandis que les jeunes passent par Briare en empruntant le Pont-Canal avant d'arriver à Sainte-Geneviève-des-Bois.

 

 

Du 8 au 15 juillet :

      Troisième expérience de logisticiennes pour Claude et moi. Un peu aguerries, la tâche nous semblait plus facile. C’était oublier tous les petits aléas qui pourrissent la vie et qu’on n’a pas prévu. Exemple le camion dédié aux courses, garé loin. Bien rempli au retour de chaque ravitaillement, tout devait être placé dans des sacs à course à porter à bout de bras… Le tout à ranger rapidement dans le camion frigorifique pour ne pas rompre la chaîne du froid. Nourrir 84 personnes n’est pas une mince affaire !  Heureusement, l’équipe des moniteurs était toujours là pour aider.

       Le terrain était très difficile pour nos Jeunes, très caillouteux. Nous avons dû plusieurs fois leur porter assistance.

      Nous sommes arrivées le vendredi. Le montage des barnums et surtout de celui de la cuisine nous ont occupés toute la soirée. Bon, les Jeunes n’arriveront que Dimanche et il faudra que tout soit en place !

     Premier briefing : « Demain on achète quoi et pour combien? » Les menus concoctés par Claudine ont été à peu près respectés. Le plus compliqué était de prévoir les quantités et de préparer les pique-niques du midi, les groupes de vélo changeant tous les jours.

     Les Jeunes arrivés, premier petit déjeuner : 15 litres de lait à faire chauffer pour la tribu, au bain marie pour faire moins de vaisselle. « Cà sent le brulé ? » Bien sûr, il n’y avait pas d’eau dans les gamelles…. Cà commençait bien !

    Tout s’est bien déroulé par la suite. La gestion de l’achat du pain a été plus problématique, les gamins préférant manger « du pain de la ville » plutôt que les gros pains si savoureux accompagnés de fromage de la région.

      Le CoReg Centre Val de Loire était le seul en autonomie. Beaucoup de travail, des petits à câliner, des bobos à soigner, des grands à gérer…

      Une semaine riche en expériences qui laisse de très bons souvenirs.

 

 

Du 30 juin au 7 juillet :

        Cette année nous ne sommes que quatre du club, dont Marcel et Madeleine qui sont arrivés dès le samedi matin pour avoir un bon emplacement. Ils ont dû parlementer longuement pour nous réserver un emplacement à côté du leur. Nous arrivons vers midi et nous nous installons avant de déjeuner. Nous sommes sur un parking, heureusement il y a quelques arbres qui filtrent les rayons ardents du soleil. 

         Nous nous rendons à l'inauguration qui a lieu dans un parc avec des barnums disposés en arc de cercle sur le terrain, au milieu il y a un kiosque d'où a lieu le discours. La sonorisation n'est pas extra et on n'arrive pas à tout comprendre. Pour le vin d'honneur nous attendrons d'être revenus au campement, en effet pas moyen d'accéder à la table et il n'y a plus de verres.

Dimanche 1er juillet :

        Pour la première journée les parcours vont vers Brive-la-Gaillarde, avec Chantal nous avons décidés d'aller un peu plus loin en Dordogne après Hautefort, jusqu'à Tourtoirac où il y a une ancienne abbaye. Nous partons en suivant la vallée de l'Auvézère jusqu'à Cubjac-Auvézère-Val-d'Ans en passant par la Forge-d'Ans. Là, nous quittons la vallée pour rejoindre Savignac-les-Eglises en traversant une partie boisée mais vallonnée. Puis nous nous dirigeons vers Sorges et Ligueux en Périgord et nous arrivons jusqu'à une voie ferrée que nous suivons jusqu'à Agonac. Ensuite, après une bonne côte et une bonne descente nous rejoignons le bord de la Dronne que nous suivons jusqu'à Brantôme. C'est une ville assez touristique et nous trouvons donc un bon nombre de touristes venus comme nous admirer l'ancienne abbaye et le pont coudé. Pour le retour nous changeons de rive et nous suivons la Côle jusqu'à Saint-Pierre-de-Côle avant de rejoindre Négrondes où nous avons une bonne côte. Là nous pouvons souffler un peu pendant la pause pique-nique avant de reprendre notre route vers Coulaures. Pour arriver à notre point de départ nous avons droit à une dernière côte et après nous savourons la descente vers Tourtoirac.

 

Lundi 2 juillet :

        Notre parcours va vers l'Est et nous partons en suivant une vallée. Lorsque nous la quittons pour prendre une petite route, le relief change et il y a successions de côtes et descentes. Nous arrivons à Ségonzac, lieu de convivialité où nous retrouvons quelques cyclos. Nous continuons notre route en passant par Boisseuilh et nous nous dirigeons vers Hautefort. Nous apercevons le château de loin sur une colline, il y a donc une bonne côte pour y arriver. De là nous faisons une petite variante pour avoir une vue arrière du château. Nous passons ensuite à Badefols-d'Ans qui est un superbe village avec un château dont on ne voit que les parties hautes. Notre circuit nous ramène à Ségonzac où il ne reste presque plus rien à grignoter, heureusement nous avons notre pique-nique que nous prenons sur place. Nous passons ensuite par Saint-Robert où nous admirons son église fortifiée du XIIème siècle. Maintenant pour retourner à Objat et clore notre randonnée, nous avons pratiquement que de la descente. 

 

Mardi 3 juillet :

       Aujourd'hui nous partons par le Nord pour retrouver notre ravitaillement à Arnac-Pompadour, mais avant cela il nous faut monter, descendre, remonter, redescendre et ainsi de suite, enfin plus monter que descendre. Le circuit passe par Voutezac, Vignols où il y a de magnifiques viaducs et St-Sornin-Lavolps. Le point de convivialité se situe entre la château et l'hippodrome d'Arnac-Pompadour. Ensuite nous repartons vers Ségur-le-Château par une descente en ayant une vue sur le village et le château. Après quelques photos nous rejoignons St-Cyr-les-Champagnes où il y a des vergers à perte de vue, dont la majoritée sont recouverts de filets de protection. Nous passons ensuite par Juillac avant de prendre une route en crête jusqu'à St-Cyr-la-Roche où il y a une magnifique église. Ensuite nous rentrons à Objat pour Clore cette journée de vélo.

 

Mercredi 4 juillet : 

        C'est la journée pique-nique qui a lieu à Lissac, au Sud d'Objat. Pour notre part nous allons jusqu'à Vayrac en voiture pour faire un circuit en suivant la vallée de la Dordogne. Nous traversons la Dordogne par un pont étroit et ensuite arrivons dans le charmant petit village de Carennac, que je connaissais déjà pour y être passé lors de notre semaine avec "l'Etoile du Périgord". Après un bon arrêt nous continuons vers Puybrun puis Beaulieu-sur-Dordogne. De là nous suivons la vallée étroite de la Dordogne avec des parties boisées jusqu'à Argentat. Nous revenons à Beaulieu-sur-Dordogne en changeant de rive, nous permettant de profiter d'une magnifique vue à l'entrée du village avec la Dordogne et la Chapelle des Pénitents avec son magnifique clocher mur. Nous revenons par la même route qu'à l'aller jusqu'à Puybrun puis nous rentrons directement à Vayrac.

        En fin de journée le ciel s'assombrit de plus en plus et le vent se met à souffler de plus en plus par rafale. C'est une tempête qui sévit sur la région d'Objat. Nous apprendrons plus tard que le repas du soir de l'organisation n'a pu avoir lieu et que les barnums de l'accueil sont mal en point. Cela n'aura duré qu'une heure environ mais aura été d'une forte intensité.

 

Jeudi 5 juillet : 

        Suite à la tempête de la veille, des routes ne sont pas pratiquables et les organisateurs n'ont put flécher les parcours. Avec Chantal nous décidons de faire un petit circuit, en partant nous prenons une petite route dans les bois et là, la route est recouverte d'un tapis vert constitué par les feuilles des arbres suite à la tempête de la veille. Nous passons à Le Saillant où il y a une magnifique chapelle et un pont médiéval composé de six arches. A Allasac il y a une magnifique église et la tour César du Moyen-Age qui est en fait le vestige de l'enceinte fortifiée. Nous allons maintenant jusqu'à Donzenac qui est un village médiéval perché sur un roc dominant le Maumont avec des rues étroites, nous allons voir l'église Saint-Martin et son clocher tour ainsi que la Chapelle des Pénitents. Nous passons ensuite par Saint-Viance avant de rejoindre Objat.

        L'après-midi je repars jusqu'à Saint-Bonnet-la-Rivière pour voir l'église Saint-Bonnet dont son plan est basé sur celui du Saint-Sépulcre de Jérusalem en forme de rotonde. Je continue ma route jusqu'à Juillac puis je me dirige vers Vignols par de petites routes boisées. Ici aussi des arbres ont été coupés pour dégager la route, et la route à également changer de couleur en se recouvrant de verdure. Je reprends une partie de route en sens inverse du circuit de mardi avant d'arriver à Vignols. Je reviens par Saint-Bonnet puis je rentre sur Objat juste avant une grosse averse.

 

Vendredi 6 juillet : 

        Nous partons vers le Nord pour rejoindre Vignols, avec de petits changements de circuits suite à la tempête. Cela nous permet de passer par la Jumenterie de Pompadour renommée Jumenterie de la Rivière lors de son passage dans le privé. Le parcours assez boisé et vallonné, nous amène à Troche où nous faisons un arrêt au point de convivialité. Ensuite nous arrivons à Vigeois en surplombant la Vézère. Après avoir traversé la rivière, nous montons dans le village jusqu'à un carrefour face à l'abbaye Saint-Pierre du Vigeois, cette abbaye a été fondée par Saint-Yrieix. De là nous prenons une toute petite route étroite et sinueuse qui nous permet de se retrouver face au pont médiéval dit "Pont des Anglais". Il faut ensuite sortir de la vallée et aller jusqu'à Voutezac où nous pique-niquons à l'ombre à côté de l'église. Pour la disgestion nous n'avons plus qu'à nous laisser aller jusqu"à Objat. 

 

Samedi 7 juillet :

        C'est le dernier jour et nous allons plein Sud vers Terrasson-Lavilledieu en passant par le Puy-Yssandon où il y a les vestiges d'une tour du moyen-âge et l'église Saint-Hippolyte. De là nous avons également une magnifique vue à 360°. Nous continuons jusqu'à Cublac au point de convivialité, puis nous allons jusqu'à Terrasson pour voir le Pont-Vieux et le Pont-Neuf ainsi que l'église abbatiale Saint-Sour. A la sortie de Terrasson, une flèche sur un poteau rond nous indique la route de droite. Je dis à Chantal : "ils ont fait une variante par rapport au circuit". Et là une bonne côte nous attend, et en haut au premier carrefour plus de flèche. En fait la flèche sur le poteau avec le vent a tourné et nous a envoyés sur la mauvaise route. Pas de panique, un petit coup d'oeil sur la carte. Nous continuons donc par une route sur une crête afin de rejoindre le parcours avant Perpezac-le-Blanc qui possède une église romane avec un clocher-mur. Nous passons par Ayen puis Vars-sur-Roseix avec son église du XIIème siècle, et nous regagnons ensuite notre campement.

        Des camping-cars et des caravanes sont déjà partis, nous voulons aller au discours de clôture qui doit avoir lieu vers 17h30, nous y allons mais à 18h30 il n'y a toujours pas de mouvements au niveau du kiosque, nous décidons donc de rentrer à notre caravane, et sur le chemin du retour nous croisons la fanfare. Nous en profiterons pour commencer à ranger certaines affaires.

 

Vous êtes ici : Accueil Activités Cyclotourisme